Coûts de gestion des déchets en Ile-de-France

Production de déchets, modalités de gestion et type d’habitat : quels impacts ?

L’ORDIF – Observatoire Régional des Déchets d’Ile-de-France – publie une étude sur les coûts de gestion des déchets ménagers et assimilés.

Quel est le coût moyen observé en Ile-de-France ?

Le coût moyen observé au sein de la soixantaine de collectivités franciliennes, représentant 50% de la population francilienne - hors Paris -, s’établit à 94 € TTC par habitant, soit 89 € HT. Ce coût intègre l’ensemble des coûts associés à la gestion des déchets ménagers et assimilés (ordures ménagères résiduelles, recyclables secs, déchèteries, encombrants et déchets verts au porte à porte, déchets dangereux…) mais ne comprend pas les déchets des collectivités (dépôts sauvages, déchets des services techniques, corbeilles de rue…).

Jean-Philippe DUGOIN-CLEMENT, président de l’ORDIF : « Cette étude de l’ORDIF permet aux collectivités franciliennes de situer précisément leurs coûts et d’identifier d’éventuelles pistes pour maîtriser ces derniers. »

 

Des coûts compris entre 53 et 118 € HT/hab

La dispersion observée entre les collectivités est importante : les coûts oscillent en effet entre 53 et 118 € HT/ hab. (55 à 127€TTC/hab.). 50% des collectivités présentent un coût compris entre 79 et 98€HT/hab.

Une multitude de facteurs explique ces différences. Peuvent être cités notamment :

  • Le niveau des quantités de déchets ménagers et assimilés collectés,
  • Certaines caractéristiques portant sur la gestion des ordures ménagères résiduelles (OMR), premier poste de dépenses des collectivités :
    • quantités collectées en kg/hab/an. En urbain dense par exemple, le coût de gestion des déchets tous flux est fortement corrélé avec les quantités d’OMR collectées,
    • traitement des ordures ménagères résiduelles. La présence de coûts élevés ou faibles sur certaines collectivités est directement à mettre en perspective avec les dépenses engagées au titre du traitement des ordures ménagères résiduelles.
  • Les services proposés (par exemple : présence ou non de collecte de déchets verts au porte à porte).

 

Des coûts variant selon le type d’habitat

Les modalités de prise en charge des déchets ménagers et assimilés évoluent notablement selon les types d’habitat. Les collectivités de type mixte et urbain présentent des coûts supérieurs à celles situées en urbain dense. Cette tendance est directement imputable aux coûts alloués à la gestion des déchets occasionnels (de 13€HT/hab. en urbain dense à 25€HT/ hab. en « mixte ») et provient des quantités collectées et des modalités de gestion de ces déchets occasionnels. En effet, les services proposés sont plus importants au sein des collectivités référencées en « mixte » et « urbain » avec :

  • Une utilisation plus importante des déchèteries : maillage plus important, plus fort taux d’équipements en véhicules motorisés parmi les usagers de ces collectivités,
  • Une plus forte proportion de collectivités proposant des collectes de déchets verts au porte à porte (service exclusivement proposé en habitat individuel).

Ainsi, la collecte des déchets verts en « urbain dense » est de 1.7 € HT/hab contre 5.3 € HT en « mixte ». De même pour les déchèteries avec un coût en « urbain dense » de 4.9 € HT/hab contre 15.4 € HT en « mixte ».

 

Évolution 2011-2013 du coût de gestion des déchets ménagers et assimilés

Une légère baisse du coût de gestion des DMA est observée à périmètre identique entre 2011 et 2013 : -1,3€ TTC par habitant. Plus de 3 collectivités sur 5 ont vu leur coût aidé à l’habitant diminuer sur la période 2011-2013. Le coût de prise en charge des ordures ménagères résiduelles a diminué sensiblement (-1,9 €HT/hab) en lien avec la baisse des quantités collectées observée (-10 kg/hab entre 2011 et 2013). Toutefois, la hausse de la TVA observée sur cette période (+0,5€/hab.) limite cette diminution.

 

Comparaison des coûts Île-de-France / France

En intégrant les dépenses liées à la prise en charge des déchets des collectivités, le coût moyen observé en Île-de-France s’élève à 93€HT/hab. contre 89€HT/hab. au niveau national (référentiel national de l’ADEME).  

On observe que le poids du poste déchèteries est sensiblement inférieur dans la Région, quelle que soit la typologie : 8.6 € HT/hab en Ile-de-France contre 19 € en France. La densité de déchèteries et les quantités apportées sont nettement plus faibles dans la région.

D’autre part, les modalités de collecte des recyclables secs en Ile-de-France (230€/tonne contre 183€/tonne en France) sont plus coûteuses : recours accru au porte à porte, performances de collecte inférieures impliquant in fine, un amortissement des charges fixes sur de plus faibles quantités

Les coûts de collecte du verre sont nettement supérieurs à la moyenne nationale : 158€/tonne contre 54€/tonne en France (valeurs médianes), soit un rapport de un à trois entre la valeur francilienne et celle observée au niveau national.

 

Le rapport de l’ORDIF sur les coûts

L’ORDIF publie son quatrième rapport sur les coûts de gestion des déchets ménagers et assimilés. Il porte sur l’année 2013 et a été élaboré grâce à la soixantaine de collectivités ayant identifié leurs coûts dans le cadre de la matrice définie par l’ADEME. Ces structures représentent respectivement 50% et 75% de la population francilienne - hors Paris - pour l’exercice de la collecte et du traitement. Ce document présente des indicateurs détaillés sur les coûts moyens supportés par les collectivités : coût global à la charge de la collectivité, coûts par type de déchets et par étape technique… Il contribue à fournir aux collectivités franciliennes des indications détaillées pour situer leurs coûts par rapport à des éléments de référence francilien ou français.