Une approche à 360° du traitement des déchets franciliens

traitement des déchets franciliens

Top départ pour la nouvelle enquête de l’ORDIF

L’ORDIF a lancé le 20 mars 2017, en partenariat avec l’ADEME et avec le soutien du Conseil régional d’Ile-de-France, son enquête biennale sur l’activité des installations franciliennes ayant reçu des déchets non dangereux en 2016.

Pour la première fois, toutes les installations accueillant des déchets des ménages, des professionnels, des collectivités et du secteur du BTP seront enquêtées en même temps de manière à avoir une vision transversale exhaustive des déchets dans la région*.

« A l’heure où des objectifs législatifs ambitieux sont affichés, cette approche inédite à 360° du traitement des déchets franciliens est indispensable pour développer l’économie circulaire en Ile-de-France »,
indique Jean-Philippe DUGOIN-CLÉMENT, président de l’ORDIF.

 

505 installations franciliennes enquêtées

L’enquête 2107 de l’ORDIF s’inscrit dans le cadre de l’enquête nationale de l’ADEME et alimentera la base de données nationale SINOE®. Elle permettra ainsi notamment d’obtenir des données sur le transfert de déchets entre territoires pour alimenter les plans de prévention et gestion des déchets que chaque région doit établir. Elle repose sur un questionnaire élaboré en concertation avec les acteurs du secteur dans le cadre du groupe expert Traitement de l’ORDIF.

« Le travail collaboratif permet d’assurer la fiabilité de nos données. Je tiens à remercier nos partenaires et surtout les exploitants pour leur confiance renouvelée à chaque enquête et pour les données qu’ils nous transmettent. Le contentieux actuel sur le PREDEC de 2015 montre l'importance du travail collectif dans le domaine. »,
ajoute Jean-Philippe DUGOIN-CLÉMENT.

L’enquête sera validée par les acteurs et restituée sous la forme d’une nouvelle édition de l’Atlas des installations de traitement (consulter la précédente édition consacrée aux déchets non dangereux sur le site de l’ORDIF, données 2014-2015).

 

Tendance à la baisse des déchets résiduels traités en Ile-de-France

Depuis 2006, on observe une baisse de 8% des déchets résiduels non dangereux, toutes origines confondues, traités en Ile-de-France. 6,3 millions de tonnes étaient ainsi accueillies en incinération, enfouissement et tri-mécano-biologique en 2014.

« On va dans la bonne direction. Nous devons règlementairement réduire l’enfouissement en Île-de-France de près d’un million de tonnes d’ici 2028 »,
rappelle Jean-Philippe DUGOIN-CLÉMENT.

 

*  Installations franciliennes enquêtées le 17 mars : usines d’incinération de déchets non dangereux, installations de maturation de mâchefers, installations de stockage de déchets non dangereux, plateformes de compostage, installations de méthanisation, quais de transfert publics, centres de tri publics, centre de tri privés, déchèteries chez négociants, transferts d’inertes, concassage, traitements des terres, centrales d’enrobage, recyclages du plâtre, recyclage des boues de béton (ISDI et carrières sont enquêtées par la DRIEE). D’autres installations seront enquêtées plus tard dans l’année.